13 mai 2016 - Bankolé Boladji

KOTO YERIMA Soulémane « La pagaille est terminée »

koto-yerima_soulemaneJe l’ai connu par son compte Twitter (@koyeris) pendant les périodes électorales au Bénin. Je l’ai côtoyé durant la phase active du projet Bénin Vote de l’association des Blogueurs du Bénin. Il était le secrétaire de la plateforme électorale des OSC du Bénin, une plateforme qui regroupe presque l’ensemble des grandes ONGs du Bénin intervenant sur les questions de la bonne gouvernance. Je l’ai vu dynamique aux cotés des siens pour faire la veille citoyenne. Acteur majeur du comité scientifique de l’organe consultatif de la jeunesse (OCJ-Bénin) pour la tenue de la deuxième édition des assises de la jeunesse béninoise, son nom est KOTO YERIMA Soulémane.

Mr Koto Yérima, parlez-nous de vos combats citoyens

Mon combat citoyen a commencé depuis le collège mais a connu un nouvel élan en 2002-2003 à mon arrivée à l’Université. Au sein de l’organisation où je milite, SOS Civisme Bénin, nous luttons d’abord pour une éducation citoyenne des jeunes, des femmes, des artisans et autres populations à la base afin de faire d’eux des vecteurs de changement et de citoyens engagés pour une meilleure gouvernance du Bénin. J’ai participé depuis lors à divers combat pour le respect des droits des citoyens, des textes de loi et contre toute forme de discrimination, de détournement, de mauvaise gestion des deniers publics, de népotisme, de fraude, bref, de tous ces maux dont nous souffrons au Bénin.

Pourquoi avoir initié le boycott des réseaux Mtn et Moov le 24 et 25 Mai 2016 ?

D’entrée, je signale que je ne suis pas initiateur de la plateforme serval qui engage le mouvement de boycott mais c’est une large coalition de jeunes, qui en ont par-dessus la tête de se voir au quotidien siphonner par des opérateurs économiques véreux qui n’ont autre soucis que la réalisation du profit maximum. En matière de GSM, nous venons de loin pour avoir les tarifs que nous avons et depuis des mois, tout consommateur de produits GSM, notamment de MTN et de MOOV a dû se rendre compte de la disparition de son crédit prépayé de communication, de son forfait internet.

Mieux c’est derniers, à coup de renforts de publicité, proposent à longueur de journée des services qui à terme se révèlent une forme sournoise d’escroquerie. Enfin, la qualité du service laisse à désirer. Il n’est pas rare d’entendre que ton correspond est hors service alors qu’il est juste assis à côté de toi, son téléphone allumé en main.

Bref, un ensemble de choses qui nous semble totalement anormal et face auquel, en l’absence de véritables associations de consommateurs qui du reste sont inféodés au sein de l’autorité de régulation, qui elle-même recevrait des prébendes communicationnelles, nous avons décidé d’aller à un mouvement populaire pour résister face à l’imposture qui nous ronge et ronge l’économie béninoise au profit de grands groupes multinationales.

L’heure de la résistance et de la dénonciation a sonné et tout le peuple doit suivre le mouvement.

Nous sommes conscients que c’est difficile de rester sans moyen de communication, mais autant que possible, nous invitons nos concitoyens à massivement soutenir cette initiative et à faire en sorte qu’elle apporte une amélioration totale des produits et services de ces structures. Ce n’est qu’un début et nous les invitons à bien se préparer car la vague peut les emporter si nous n’avons pas de solution. Que les autres structures se préparent surtout pour améliorer les services mêmes celles qui sont en situation de monopole. La pagaille est terminée.

Credit photo: KOTO YERIMA Soulémane
The following two tabs change content below.
Bankolé Boladji
Titulaire d'un master en Agro économie. Je suis très passionné par les TICs. Je blogue sur les questions politiques et aussi les questions relatives l'agriculture et sécurité alimentaire.

Engagement citoyen / Jeunesse Benin / Engagement citoyen / JEUNESSE BÉNINOISE / KOTO YERIMA Soulémane / Osez le boycott /

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *