17 juin 2014 - Bankolé Boladji

La table ronde à Paris: un progrès ou un recul pour le Bénin?

Le gouvernement du Bénin organise ce jour  jusqu’au Jeudi prochain à Paris une table ronde pour le développement pour récolter 2 900 milliards de francs CFA d’investissements. Plusieurs projets sont soumis aux investissseurs. Ces projets peuvent être regroupés en cinq pôles majeurs . Le premier qui regroupe la chaîne des transports, prend en compte le projet de l’épine  dorsale, la construction d’un port minéralier en eaux profondes, de ports secs le long de l’épine dorsale, et de l’aéroport international de Glo Djigbe. Le deuxième pôle concerne le vaste programme énergétique élaboré par le gouvernement pour fournir au secteur productif une énergie stable, compétitive et a moindre coût. Il s’agit entre autres de la construction de barrages hydroélectriques, dont ceux d’Adjarrala, Dogo bis, Vossa, etc, la construction de centrales thermiques a base de charbon, la promotion des énergies renouvelables. Dans le secteur touristique, le projet prioritaire est celui de la route des pêches. Potentiel grenier d’emplois, ce projet permettra de mettre en valeur notre patrimoine national  à travers le tourisme balnéaire, culturel et d’affaires, le sport nautique etc, avec un fort effet d’entraînement attendu sur la croissance. Dans le domaine de la santé, il est prévu la construction d’un hôpital de référence destiné à arrêter la saignée financière due aux évacuations sanitaires. (Pour en savoir plus sur les projets cliquer ICI)

Boni-Yayi-2 (Copier) (Copier)

Boni YAYI, Président du Bénin

Mais l’organisation de cette table ronde ne fait pas l’unaminité au sein de la classe politique béninoise et aussi dans le monde des affaires du Benin. Dans un communiqué, Le Conseil National du Patronat du Bénin (Cnp-Bénin) dirigé par Sébastien Ajavon à decider de  ne pas participer cette table ronde économique. Les raisons évoquées par le patronat beninois après analyse de l’environnement juridique des affaires au Bénin,sont entre autres

  • l’Etat béninois ne respecte pas ses engagements contractuels vis-à-vis des entreprises béninoises.
  • l’Etat béninois met à mal par ses actions quotidiennes, l’indépendance de la justice et refuse délibérément d’exécuter les décisions de justice qui lui sont défavorables, et ce en violation de la Constitution du 11 décembre 1990.
  • les pressions sous diverses formes auxquelles les hommes d’affaires béninois font l’objet, sans oublier le Partenariat Public Privé dont les conditions de création n’ont jamais été mises en œuvre par le pouvoir exécutif (cliquez ici pour en savoir plus)

Côté politique, un député de l’opposition, Eric Houndété, a dénoncé le manque de préparation avant cette rencontre. Dans une question d’actualité au gouvernement, il a soulevé quelques préoccupations suivantes:

  • Sur le fondement légal sur lequel le Gouvernement entend-il engager le Bénin dans le cadre du partenariat public-privé au cours de la table ronde ?
  • Quelle garantie ou quelle assurance le Gouvernement compte-t-il donner aux potentiels investisseurs, quant à sa capacité ou sa volonté de respecter les contrats conclus avec eux et de respecter les décisions de justice ou les décisions arbitrales qui pourraient découler de la mise en œuvre desdits contrats ?
  • Quel crédit pour cette Table lorsqu’elle est boudée par le secteur privé national ? Quel est le budget de cette opération ? Quel est le coût réel de la préparation et de l’organisation de cette rencontre ? (Clichez ici pour en savoir plus)

Aujourd’hui beaucoup de Béninois s’interrogent : pourquoi cette table ronde – qui veut mobiliser des partenaires pour la période 2014-2018 – intervient alors que le président Boni Yayi doit quitter le pouvoir après deux mandats, en 2016 ?

Mais moi, je crois qu’en dehors de tout  ce qu’on peut reprocher à ce gouvernement, la table ronde de Paris est une oeuvre salutaire, une initiative qui permettra aux populations béninoises de sortir de la pauvrété et ameliorer leurs conditions de vie. Nous ne devons pas rester inactif face aux defis de notre temps. Nous devons agir et trouver des solutions. La table ronde de Paris est la solution du gouvernement face aux défis du moment. Si Vous pensez le contraire alors qu’est ce que vous proposez ? C’est ma position.

Auteur: Roboga de Djegbè

The following two tabs change content below.
Bankolé Boladji
Titulaire d'un master en Agro économie. Je suis très passionné par les TICs. Je blogue sur les questions politiques et aussi les questions relatives l'agriculture et sécurité alimentaire.

Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *